Le chant du délice

 

 

L’Amour… 1000 raisons…
Semées… Dans l’Eternité.
💙
Je sens le chant du délice.
Je l’entends, du dedans
Pétales de rose au goût de miel
Senteur de mangue sucrée
Plaisir existentiel
Jus qui coule de clarté
Une odeur, un son d’Essence
Dans mon corps, accordé
S’écoule l’éther qui danse
À l’interieur de mon calice,
Ma voix royale allumée
Coeur unité, magnifié.

Le papillon de la transformation
Au bout du nez de l’intuition,
Chantes le chant de mes rêves,
Entends tu le chant de mes rêves ?
Il diffuse poésie et tendresse,
Il danse hors du temps,
Il demande la plus petite porte
À l’intérieur de toutes les portes
Qui s’ouvrent dans l’oeil de l’aigle…!
Présent de délicatesse…
Tu marches dans le champ de mes rêves.
Entends-tu tes rêves dans les miens?
Ils sont Un,
Tout est souffles…!

Souffles, souffles, souffles encore,
Souffle d’Or
Qui unis, nourris, honores,
Parfume de bénédictions,
Les formes et les directions 💙

Angélique Hoarau

 

FB_IMG_1507633311739

Pure

 

 

_SGE3424

 

Tu es Pure
Douce symphonie
Tu danses avec la Terre
Dans cette spirale sans frontières.
Que l’amour s’offre et s’écoule avec simplicité,
Sans retenue et sans hésiter
Que le contenu soit aussi clair que le contenant,
Telle une fleur de cristal qui brille jusqu’au firmament.
Tu es délicatesse et poésie
L’élixir qui émerveille et nourrit.
Tu m’as dévoilé
Que je ne peux limiter ta vérité
Croire aux fleurs du mal
Comme si une de tes couleurs serait sale.
Laisser entrer tes étincelles
Qui s’embrasent en ailes
Quand le deux s’entremêlent
En soi Beauté décèle
Au delà du comment, le pourquoi
Au delà du deux, le trois
Creuset du dedans,
Recevoir le présent,
Dans l’unité allumée
Où l’univers sonne Or
Et s’écoule encore.
C’est le chant d’Éternité, sacré, tu sais…!
Libre, immense
Pure, intense.

Le Souffle de l’Ame

Les soins de l’Ame puise ses origines ancestrales en Egypte, en Inde, chez les esseniens… Mais aussi dans mon expérience, ce que la vie a placé sur ma route, dans mon intuition. Les sons, les chants, les massages de points clés, les mouvements d’énergie, la visualisation, l’eau, la parole, le souffle sont utilisés tout en douceur, dans la magie du Présent. Le but étant de vous rappeler l’Essence sacrée de qui vous êtes en vérité, laisser émerger votre puissance, le Chemin de votre âme, la joie de vous savourer.

2

Une séance entière d’environ 2h se déroule de cette façon: Vous déposez l’intention de votre venue et comment vous vous sentez dans votre vie dans une prise de contact avec moi. Puis vous vous installez sur ma table ou au sol, et vous accueillez ce qui se passe comme un voyage, en restant bien présent à votre corps avec votre souffle. Je me mets à disposition de mon ressentis pour suivre le fil, les messages, le chemin dont votre corps et votre inconscient a besoin pour se libérer dans l’instant.

Séance de soin personnalisée selon votre intention, de 1h à 2h30 sur la base d’1h à 50e /ou à prix conscient.

Je reçois régulièrement en Bretagne, dans les Côtes d’Armor.

Les soins à distance sont également proposés ainsi que l’harmonisation des lieux de vie, toujours propre à vous!

 Paris, Montpellier, la Belgique, la Suisse… me déplace en France et dans le monde, à l’écoute des possibles !


Pour me contacter: Angélique Hoarau (+33) 07 85 122 771 . 

lange.liberte@gmail.com

ou directement ici

J’ai été formée aux soins Egypto-essenien par Bernard Rouch à Paris/Montpellier qui est une formation vraiment magique, initiatique à tous les niveaux, 

&  aux massages, par différents stages et surtout beaucoup de pratique, d’échanges !

Je porte

 

 

 

Je porte la pluie, le vent , en tombeaux.

J’entends le temps, il crie, il s’étend.

La tempête s’étale de couleurs en morceaux

Longe le songe des néants!

Tempes appuyées contre un ciel

Incliné derrière ses ailes,

Virtuosité démantèle,

L’inventivité m’harcèle,

M’enseigne,  dans les mots

Qui s’étendent en échos…

Le jeu des géants nous écartent

D’un battement de cil,

Furtivement éclatent,

Les bourrasques défilent.

Je porte l’étang, les marais, les corbeaux.

Je porte les colombes immobiles.

Elles fuient devant le faux,

Ces dérangeantes dangereuses,

Brûlent l’intensité creuse

D’éden à fleur de peau,

D’éclairs qui filent…,

Naviguent dans l’eau

Ténébreuse, nébuleuse,

Telles des allumeuses…

Chassent les yeux clos,

Ouvrent les pupilles!

Je porte les Montagnes

Belles, ensommeillées,

Elles portent ce qui émane

Des volcans dénudés.

Dépeuplés du fragile,

De forces inutiles,

Les Montagnes hostiles

Oscillent et grondent…

J’aime les entendre qui marmonnent le monde.

De là partent les êtres qu’on ne voit pas

Ils avancent doucement et caressent les voix,

Qui parlent de ces silhouettes oubliées.

Celles qui habitent des contrées enchantées.

Elles portent des habits de soleil,

De vent, de pluie, de boue

Et viennent livrer dans nos sommeils

Les messages qu’on porte en nous…

Les sorcières toussent l’univers!

Les chamanes crient le tonnerre…

Et portent cet amour qui fait battre la Terre!

 

2014-06-03-17-31-16

Angélique Hoarau

 

 

Maman Terre

 

 

13178885_10209267414544992_4762182745037450523_n

 

Maman Terre…

J’aime marcher dans tes paysages et découvrir toute ta peau, au fur et à mesure.
Je veux sentir comment tes vents tournent et me touchent, je veux escalader tes montagnes, prendre dans mes mains tes rochers.
Je veux vivre ton feu de l’intérieur, et voir partout comment les couleurs du soleil te changent.
Je veux descendre dans tes eaux, vivre tes différentes humeurs et températures.
Je veux manger tous tes fruits, te voir entièrement.
Je veux voir comment sont tous tes ciels, de jour et de nuit.
Je veux glisser sur ta surface comme un bateau et sonder tes peuples, tes mystères, tes danses.
Je veux voir tous tes chemins, tous les yeux de tes hommes.
Je veux embrasser tous tes parfums, toute ta mémoire.
Plus je t’observe, plus je sais que tu me soutiens partout.
Quand je te goûte, tu m’inspires de la force, de la joie, une compassion absolue.
J’aime te savourer et te rendre grâce.
Je veux te comprendre entièrement, respirer tous les morceaux de toi.
Quand je touche un arbre, je caresse ton corps, à travers lequel je m’accomplis.
Je veux dévoiler les secrets des grottes de ton hymen, doucement.
Je veux laisser couler mes larmes dans tes veines, et aussi un peu de mon sang, dans tes racines.
Je veux expanser mon souffle pour que tu puisses mieux respirer en moi, et t’écouter consciemment.
J’aime te sentir gronder, te soulever et dire Non.
Je frissonne quand le ciel se déchaîne et éclate en orage pour t’accoster.
Je suis fascinée de regarder les vagues devenir immenses et puissantes, et tourbillonner dans le vent.
J’adore ton silence remplis d’un chant paisible.
J’aime aussi sentir ta brise comme un murmure, et écouter tes pulsations
subtiles comme les bruits les plus multiples, intenses, telle une saine cacophonie.
Je souhaite entendre comment la symphonie du monde, délicieusement orchestrée à l’intérieur de nos poitrines, bat a ton rythme infime, intime.
Je veux voir, et te connais déjà.
Je suis une petite particule de toi, maman terre,
et je m’agenouille devant ta majesté …

Angélique Hoarau

 

 

14344169_1775910209332576_7048478312200475335_n

Femme étoile de mes nuits

 

 

_PIC8271_2_2_2

 

Papillon de Lumière,
Femme étoile de mes nuits,
Tu me souffles l’éther,
Du Visage endormi.
Celui qui naît de Moi,
Aux confins d’Infini
Les fils du bout des doigts
Du silence ressentis…

Nomme-moi des mystères
Des tréfonds de l’oubli
Derrière les plis austères
Des rideaux de la vie…
Nomme-les moi encore,
Pour que je m’en souvienne
Qu’ils deviennent comme de l’or
Insufflé dans mes veines.

Chuchotes et murmures,
Que mes cellules retiennent
Sans défenses ni armures,
Juste qu’elles le fassent siennes.

Qu’elles dessinent l’inspire
Qu’elles décident d’expirer
Qu’elles dansent tous ses dires
Jusqu’à Te réveiller…

Et puis qu’Elle se révèle!
Et qu’elle devienne celle,
Qui doucement m’habite
Pour ne plus T’oublier.

Visage des étoiles
Visage de mes nuits
Tu me parles de jour
Tu n’es plus endormi,
Et tu me parles d’Amour
Tu caresses ma vie
Tu me contes la Toile
De poussières d’infini!

Déesse de mon Dieu,
Tu me guides pour aimer
Ce que tu me demandes
Est juste, de regarder,
L’intèrieur, dans les creux,
Sous les tapis de cendres,
Du Centre de tous les cieux
Que la Conscience descende…

Dans le jeu des étoiles,
Dans le jeu des Miroirs,
Couleurs de cristal,
Lumières inassouvies,
Je te sens qui sourie
Et qui bâtis mon phare!

Voie lactée se déballe
Comme des cadeaux de vie
La magie se dévoile
Sur la Terre Primale…

Les sons traversent la toile,
Des sons plein d’innocence,
Les sons doux du silence,
Des trésors d’évidence…!
Les pluies d’or et naissance.

La danse de la lumière!
Aux travers toutes les femmes,
Aux travers tous les hommes,
Tous les êtres de la terre,
Danse le Souffle de l’Ame!
Dans les vides et les formes…

Papillon de lumière
Reine des mystères,
Des vérités entières,
Visage de féerie

Déesse de peau d’Elle,
Sur les eaux du Réel
S’Ecoule Colibri
L’Essence rêve Mère,
Terre création du Père,
Devient pont Connecteur,
De la peau Essentielle…

Lumière Universelle!
Celle qui bat de mes ailes,
Au rythme du chant du cœur,
C’est le pont Interieur,
De tous mes frères et sœurs…
Les notes des Semeurs…!

Angélique Hoarau

 

 

 

 

12733436_798448173593603_6447395371615563478_n

Magnifique peinture de Caroline Maniere. Des oeuvres de toute beauté à s’offrir…!

Prenez soin de votre être comme un Jardin…

 

 

SGE_7549(1)

Changement de lune, passage…

Célébrez votre journée, qu’elle soit si douce comme de la soie, honorez-vous pendant les changements de lune, prenez soin de votre peau.

Je vous suggère de vous laver dans une rivière avec un savon doux, de vous frotter le corps avec l’attention à chaque parcelle de votre peau, mais aussi à tout l’espace de vous-même, vos os, à l’écoute du confins des cellules de votre âme, cet amour infini, subtil, délicat.
Sentez et laissez les gouttes d’eau couler comme un chemin pour vous bénir, vous baptiser. Frottez-vous les cheveux comme si c’était l’herbe de la terre que vous vouliez caresser, ouvrez la bouche et émettez un son qui fait du bien à votre bouche.

Regardez avec toute la dimension de vos yeux, ce que vous ne voyez pas d’ordinaire. La Terre est poésie, vous êtes ses mûres, la Muse qui l’inspire et elle vous respire. Que vous dit-elle comme message ? Engorgez vos corps nus de soleil, frottez-vous contre la Terre, comme des sangliers, allongez-vous dedans.

Ecoutez les messages de l’eau : voyez comme ça dégouline dans vos êtres. Laissez aller ce qui ne vous convient plus. Vous pouvez sentir votre essence et chassez de votre temple ce dont vous ne voulez plus pour vos vies. Qu’est-ce qui ne vous célèbre plus ? Chassez avec douceur, comme un souffle léger qui souffle sur des feuilles, sur des plumes. Tailler avec Amour, en chuchotant des histoires aux branches de votre jardin. Mettez le soleil dans vos grottes pour voir le Réel et rire! Oui, c’est ça qui est là, alors qu’est-ce qui manque profondément ? Qu’est-ce qui paraît, que je fais, mais qui ne m’élève pas vers le sommet de la montagne ? Qu’est-ce qui m’empêche de voir toute l’ampleur du soleil, de ses rayons ? Quels rayons, quelles directions je prends de lui pour m’unir à la terre sans éparpiller l’énergie qu’il me donne ? Est-ce que vous voulez mettre toute votre attention sur une fleur incroyable, c’est peut-être nécessaire, ou bien faire naître un arbre protecteur pilier pour des oiseaux de vie ? Est-ce que vous voulez créer tout un jardin subtil, avec une source délicieuse, de quoi nourrir plusieurs êtres à plusieurs niveaux ? Ou est-ce que vous voulez créer tout un monde, fascinant, libre, ou chaque nuit les étoiles sèment de nouveaux messages, ou toujours un être, un oiseau, un papillon les reçoivent, les sèment au vent, et ou les éléments cohabitent et s’aiment entre eux, coopèrent dans une légère harmonie… Pour diffuser.

 

feather_in_the_wind_by_kingkool6

 

Et si Je veux créer ce monde, Je vois qu’il existe déjà, je vois que j’en fais partie, je vois que j’en suis qu’une part, et où est donc ma place ? Ma place juste pour ne pas trop marcher sur les fourmis, pour ne pas déranger les abeilles, pour être assez à l’écoute, une écoute fine du vent, du ruisseau, des insectes, du soleil, pour être assez à l’écoute pour entendre comment les aider, comment faire le pont entre l’influence des étoiles, des planètes, du firmament et ses couleurs universelles, ses sons puissants comme des roues de lumière,… et le chuchotement des feuilles, les caresses des pétales de fleurs et ses odeurs…
Et si je dois être un colibri dans tout ça, et si pour devenir ce nouvel être humain je dois expliquer les sensations du silence sur ma peau, sur mes pieds, expliquer cette voix intérieure qui parfois se fait forte, claire et dirige mon corps, si je dois l’expliquer aux hommes, comment bat l’infini, alors aujourd’hui je m’assois dans le creux de la Terre, je penche mon front sur elle et remercie la vie de me laisser prendre part à tout ça, je comprends que moi seule je ne peux tout faire, mais reposée en la vie, tout se fait. Je vois que je peux choisir à chaque instant, et que si je décide de prendre part à cette musique-là, alors je joue ma note aux moments qui me sont demandés. Si je la joue un peu trop, la vie sait compenser mais il y a des conséquences sur les autres. Si je ne la joue pas assez, la vie va me pousser, ou prendre quelqu’un d’autre. Parfois il faudra plusieurs autres pour compenser ma note.
Si je choisis de créer ma propre symphonie, d’enraciner les bases de ce monde qui souffle sa force, d’être messagère, d’accueillir les formes multiples qu’elles peuvent prendre, alors ça demande en moi de nouvelles bases, de créer l’Arbre inversé, blanc, ensemencé par les étoiles, l’univers en soi, cet arbre qui existe en chaque arbre.
Ça demande d’être cette chrysalide, et avec cette capacité de chauve-souris puis de chouette, pour voir tout et chercher toutes les parts de soi, de la terre, qui demandent ces racines lumineuses. Ça demande de changer de logique, et c’est si doux, lent, que le corps, l’âme, a besoin de soin d’une douceur infinie. Pour régénérer tout son temple dans cette nouvelle logique. Cet arbre, une fois bien intégré, son jumeau prend place avec les bases justes, la maison de vie qui convient à Soi avec les êtres qui vont nous accompagner, nos instruments…

Alors en ce jour, lesquels voit-on dans notre nouvelle demeure ?

Chercher au plus juste et au plus haut ce que l’on veut être, demande de descendre la tête la première dans la nuit de la terre, de patienter avec sa foi et son cœur, d’accepter de rentrer dans des lois qui ne sont plus les mêmes, et de jaillir au dehors avec tous nos sens régénérés. Des yeux nouveaux, des goûts nouveaux…

Participer à ce nouvel humain, faire le pont avec cette part d’Ange qui parle par énergie, visions, symboles… et cette part animale, sans paroles, qui simplement Vit !

Alors comment le manifester ?

Cela demande juste de vivre, de goûter, de créer, de s’engager, de trancher, d’écarter, d’émanter, de marcher, de jongler, de s’aventurer, de crier, de pleurer, de laisser, se calmer, de s’ajuster, de repasser, de choisir, de mourir, de renaître, d’accélérer, de ralentir, de savoir vibrer, s’embrasser, danser, chanter, se retourner, briller, écrire, raconter, se reposer, aimer, regarder, écouter, apprendre, imaginer, s’inspirer, s’attirer, se repousser, échanger, s’exprimer, échouer, transformer, s’ inventer, oser, se révéler, continuer, bâtir, accueillir, recommencer …!

Savoir changer de vitesse .

Placer son attention et son intention .

Choisir son focus .

 

 

img_20160713_193349

Angélique